[Baromètre de l’endettement] Les finances des Canadiens sous tension avec la Covid-19

Alexandre Desoutter Alexandre Desoutter  mis à jour le 2021-03-02


27 440 700

… c’est le nombre de Canadiens qui ont eu recours à un crédit au cours de l’année 2019, soit 73% de la population totale du pays. C’est pourquoi la détérioration de la situation économique fait craindre une incapacité croissante des ménages à rembourser leurs créances.


Augmentation spectaculaire des arriérés de paiements hypothécaires au Canada

Avec la situation pandémique de la Covid, les finances des ménages canadiens se sont dégradées. C’est ce que tendent à prouver des chiffres et simulations publiées par la Banque du Canada. En effet, comme l’illustre le graphique ci-dessous, le taux d’arriérés de paiement sur les prêts hypothécaires a connu un bon spectaculaire en 2020, même s’il semble devoir baisser progressivement en 2021. On observe notamment que :

  • Le taux cumulé d’arriérés de paiement sur les prêts hypothécaires a augmenté de manière spectaculaire entre avril et octobre 2020, passant de 0,89% à 1,59%, un niveau historiquement haut pour le Canada
  • Les reports de paiements accordés par les prêteurs sont allés en augmentant en 2020, et la tendance devrait se poursuivre en 2021, avec un triplement attendu des arriérés de paiement avec report attendu entre octobre 2020 et octobre 2021
  • Ainsi, ce n’est qu’en 2022 que le taux d’arriérés de paiement sur les prêts hypothécaires devrait retrouver son niveau d’avant-crise, au moment où l’économie canadienne sera pleinement rétablie.

Taux d’arriérés de paiement sur les prêts hypothécaires de 2020 à 2021 (Source: Banque du Canada)

Pour alléger les dépenses des ménages éprouvant des difficultés financières en raison de la pandémie, la plupart des prêteurs canadiens ont autorisé le report du paiement des prêts hypothécaires pour une période allant jusqu’à 6 mois.


Pourquoi et à quel niveau les ménages canadiens s’endettent-ils ?

Si la situation de l’endettement des ménages canadiens inquiète en cette période de Covid, c’est que la population a traditionnellement recours à une vaste gamme de produits de crédit pour acheter différents biens et services de la vie courante.

Le graphique ci-dessous montre ainsi que près de 40% des ménages canadiens ont recours à un prêt hypothécaire pour financer leur résidence principale. Parmi les autres produits d’endettement, on trouve notamment :

  • Les crédits pour l’achat d’un véhicule (28% des Canadiens y ont recours)
  • Les crédits à la consommation par le biais d’une carte de crédit (28% également)
  • Les prêts étudiants (11%)
  • Les dettes pour l’achat d’un bien immobilier autre que la résidence principale (5%) ou un prêt personnel (3%).

Pourcentage de canadiens et les types de dettes qu’ils détiennent en 2019 (Source: Gouvernement du Canada)


Plus de 30% des Canadiens estiment avoir trop de dettes en 2019

Selon Statistiques Canada, 30% des canadiens estimaient avoir des dettes trop lourdes en 2019. Si l’on se réfère à la valeur médiane des différents types de dette détenus par les ménages canadiens, on retrouve sans surprise les prêts hypothécaires dans la tranche la plus haute, avec une valeur médiane de 262 000$ du solde à rembourser en 2019, soit avant la crise.

Types de dettes Valeur médiane de la dette
Prêt hypothécaire pour l’achat d’un bien immobilier autre que la résidence principale262 000 $
Prêt personnel ou autre dette40 000 $
Marge de crédit personnelle38 000 $
Location ou achat d’un véhicule36 000 $
Prêt étudiant 28 000 $
Solde impayé de carte de crédit 28 000 $
Valeur médiane de la dette pour les Canadiens avec différents types de dettes en 2019 (Source: Gouvernement du Canada)

Les effets de la crise contrebalancés par certains garde-fous

Dès lors, avec l’augmentation du chômage et la baisse globale de l’activité économique, il est à craindre que le pourcentage de ménages en difficulté financière n’augmente. Toutefois, plusieurs éléments jouent comme stabilisateurs :

  • Tout d’abord, comme vu plus haut, une majorité de prêteurs accorde des reports de paiement de 6 mois dans le cadre de la Covid
  • Dans certaines provinces (notamment au Québec), le taux d’épargne élevé des ménages compenses les pertes
  • Comme l’illustre le graphique ci-dessus, 13% des Canadiens ont recours à une marge de crédit, ce qui peut agir comme une précieuse réserve en cas de crise.

Parmi les ménages canadiens, ce sont les Québécois qui s’en sortent le mieux

Si la situation globale de l’endettement des ménages canadiens s’est dégradée à cause de la crise de la Covid-19, il existe néanmoins de fortes disparités selon les provinces. Ainsi par exemple, selon une note économique publiée par la banque Desjardins, la situation de l’endettement au Québec s’avère bien meilleure que dans le reste du pays.

Au Québec

  • Le taux d’endettement des ménages québécois s’est fixé en 2019 à 155% (calculé selon les revenus des ménages après impôts), amorçant même une légère baisse;
  • Avant la crise, le taux d’épargne des ménages québécois a augmenté significativement pour se fixer autour de 8% en 2019, soit 6 points de plus que par rapport au reste du pays;
  • En 2019, les ménages québécois consacraient 28% de leurs revenus disponibles aux paiements hypothécaires.

Dans le reste du Canada

  • Le schéma inverse se produit dans les autres provinces canadiennes, avec un taux d’endettement croissant, fixé à 175% en 2019 (et même 188% en Ontario);
  • Sur l’ensemble du Canada, le taux d’épargne est passé de 5,1 % à 1,8 % en l’espace de cinq ans, à l’inverse du Québec;
  • En moyenne, en 2019, l’ensemble des Canadiens consacraient 35% de leurs revenus disponibles aux paiements hypothécaires (et même 40% en Ontario) !

Pourquoi ces différences ?

Ainsi, avec une bien meilleure situation de l’endettement au Québec, les ménages de la Belle Province ont connu moins de difficultés à travers la période de la Covid. Voici des raisons qui peuvent expliquer cette différence :

  • Des prix immobiliers relativement faibles au Québec en comparaison des autres provinces (et notamment de l’Ontario et la Colombie-Britannique)
  • Un taux de chômage faible et une économie en bonne santé
  • Les allègements fiscaux décidés par le gouvernement québécois ces dernières années
  • L’augmentation des salaires dans la Belle Province sur la dernière décennie.

En 2019, un Canadien sur six dépensait plus qu’il ne gagnait

La Covid semble avoir causé des difficultés à certains ménages canadiens dans le cadre du remboursement de leurs crédits en 2020. Les chiffres de Statistiques Canada permettent de connaître l’avis des Canadiens sur la gestion de leurs finances personnelles. On s’aperçoit ainsi que :

  • Plus de 60% des Canadiens arrivaient à gérer leurs finances sans aucune difficulté en 2019.

Pourcentage des Canadiens qui ont de la difficulté à payer les factures / gérer le flux de trésorerie en 2019 (Source: Gouvernement du Canada)

  • Environ le tiers des participants disait avoir du mal à gérer leurs finances. C’est surtout le cas des personnes ayant moins de 65 ans, qui sont beaucoup plus susceptibles d’avoir du mal à respecter leurs engagements financiers que celles de plus de 65 ans (39 % contre 22 %).
  • Environ 1 canadien sur 6 dépense plus que ce qu’il gagne (17%).

Au final, avec la crise économique liée à la pandémie, il est fort probable que les chiffres s’inversent pour l’année 2021, comme cela a déjà été le cas pour 2020. Le retour à la normale ne devrait pas intervenir avant 2022 voire 2023.

Ces résultats sont importants à prendre en compte car les difficultés financières rencontrées par une partie de la population canadienne nuisent au bien-être financier selon l’ACFC (Agence de la Consommation en matière Financière du Canada).


telechargement

Antoine Fruchard, directeur en chef chez Hellosafe.ca

“Finalement, l’examen des chiffres officiels sur l’endettement au Canada révèle une situation bien moins pire qu’on aurait pu s’y attendre. En effet, même si les reports de paiement ont beaucoup augmenté dans le cadre des prêts hypothécaires massivement souscrits par les ménages canadiens, on constate que certains garde-fous ont permis à la situation de l’endettement de ne pas dégénérer. En effet, les facilités de report offertes par les banques et les marges de crédit souscrites par de nombreux ménages ont pu agir comme une bouée de secours dans certains cas. Toutefois, le défi pour les années à venir sera de reconstruire petit à petit la capacité des Canadiens à épargner et à générer des revenus disponibles. Cela ne pourra passer que par une reprise économique à l’échelle de tout le pays”.


Notre méthodologie

Pour rédiger cet article, nous avons utilisé les données du site du Gouvernement canadien, de la Banque du Canada ainsi que ceux de Desjardins Etudes . Les études permettant de fournir ces chiffres ont été conduites par Statistique Canada et par l’Agence de la Consommation en matière Financière du Canada. L’ensemble des données fournies par ces organismes datent de 2019, qui sont les plus récentes. Les estimations pour l’année 2021 ont été conduites par la Banque du Canada.

A propos de Hellosafe.ca

Hellosafe.ca est une plateforme de comparaison qui révolutionne le marché de l’assurance – en vous donnant accès aux meilleures soumissions en moins de 30 secondes. Le groupe Safe est financé par Blue, une société de capital-risque des technologies de l’assurance. Blue soutient déjà Coover et Réassurez-moi, deux leaders français de la comparaison d’assurance. De fait, ces deux plateformes aident plus de 10 millions de français à choisir une assurance chaque année. La plateforme de comparaison unique développée par Safe donne accès à des centaines de soumissions d’assurance sans obliger le visiteur à laisser un numéro de téléphone ou un courriel. Cet outil est l’aboutissement de quatre années d’un travail acharné.


Accéder à l’ensemble des cartes, infographies et articles de la salle des nouvelles de Hellosafe.ca