REER vs. CELI : quel placement choisir ?

Alexandre Desoutter Alexandre Desoutter  mis à jour le 2021-01-19

Vous êtes épargnant québécois et souhaitez placer vos fonds sur des régimes d’épargne retraite pour compléter les sommes versées par le Régime des Rentes du Québec à votre retraite ? Les REER et CELI sont les deux placements privilégiés au Québec mais disposent chacun de leurs avantages, limites de cotisations, et d’une fiscalité propre.

Vous vous demandez quel placement choisir dans quelle situation ? Vous êtes au bon endroit !

Le guide ci-dessous vous dit tout sur le REER, le CELI, les principales différences et la fiscalité de chacun et vous permet d’accéder en quelques clics aux conseils avisés de placements épargne-retraite de nos experts financiers.

REER ou CELI ? Les facteurs à considérer

De nombreux facteurs sont à considérer dès lors que vous envisagez d’épargner en vue de votre retraite ou tout simplement de votre futur.

Certains critères font varier les rendements des placements d’épargne retraite et notamment :

  • Votre profil d’épargnant
  • Votre âge
  • Le montant que vous souhaitez investir
  • L’accessibilité aux fonds
  • Le temps que vous comptez épargner
  • Votre taux d’imposition etc.

CELI et REER donnent accès aux mêmes placements financiers : obligations, actions, CPG, fonds commun de placement etc. Ce sont deux véhicules d’épargne accessibles facilement depuis un compte bancaire et qui fonctionnent avec un plafond de cotisations annuel.

Les vraies différences des deux régimes d’épargne retraite résident principalement dans les points suivants :

  • le plafond de cotisation annuel d’un REER est indexé sur le revenu et donc souvent supérieur à celui d’un CELI
  • les retraits d’un CELI donnent droit à de nouvelles cotisations ce qui n’est pas le cas du REER
  • les cotisations au CELI sont à “impôt prépayé” et ne sont donc pas déductibles du revenu imposable contrairement à celles du REER.
  • vous pouvez cotiser à partir de 18 ans à un CELI sans l’imite d’âge et n’avez pas besoin d’avoir de déclaration de revenus alors que le REER n’est accessible qu’à partir de la première déclaration de revenus d’emploi ou d’entreprise et jusqu’à 71 ans.
  • les retraits d’un CELI sont non-imposables alors que ceux d’un REER le sont (puisque les cotisations au CELI sont à impôt pré-payé).

Obtenez en quelques clics les conseils de placement d’épargne des meilleurs experts financiers au Québec.

Je demande des conseils

Quand privilégier les placements en REER ?

  • Le REER est un placement d’épargne privilégié pour l’investissement à long terme. Il n’est pas forcément judicieux de le choisir pour la constitution d’un fonds d’urgence ou dès lors que vous recherchez l’accès à court terme de vos fonds.
  • Le REER est un placement pour les québécois ayant des revenus de travail ou d’entreprise et non des revenus de gain.
  • Le REER permet de cotiser une somme indexée sur votre revenu dans la limite d’un plafond supérieur au CELI.
  • Le REER est accessible sans limite d’âge minimum, mais jusqu’à 71 ans à condition d’avoir rempli une première déclaration de revenus.
  • Les retraits du REER sont imposables. Il faut donc toujours avoir cela en tête pour maximiser vos revenus au moment du retrait en privilégiant un moment où votre taux d’imposition marginal est relativement faible.
  • Le REER est particulièrement intéressant pour les québécois ayant des revenus qui grandissent, puisqu’il permet une déduction fiscale immédiate, et un report d’impôt à un moment où le taux d’imposition de l’épargnant est sans doute plus faible.

Quand privilégier les placements en CELI ?

  • Le CELI est un compte bancaire permettant d’accéder à des placements d’épargne dès 18 ans, sans aucun autre critère d’admissibilité.
  • Le plafond des cotisations d’un CELI est relativement modéré. Le CELI convient donc parfaitement aux revenus modérés, aux jeunes épargnants etc. ou bien en complément d’un REER, pour cotiser davantage de sommes.
  • Le CELI permet à son bénéficiaire d’accéder à ses fonds à tout moment.
  • Le capital aussi bien que les rendements générés ne sont pas imposés. Le CELI confère donc une grande souplesse à l’épargnant qui peut cotiser tout en ayant la possibilité de retirer à tout moment sans frais.
  • Le CELI est un placement qui peut servir en garantie d’un prêt.

REER vs. CELI : quelles sont les différences-clés ?

Concrètement les REER et CELI sont deux véhicules d’épargne relativement simples qui permettent d’accéder à des placements financiers depuis un compte bancaire. Les deux régimes d’épargne retraite donnent accès aux mêmes types de placements : CPG, actions, obligations, liquidités etc.

Cependant, les limites de cotisations annuelles, la fiscalité etc. ne sont pas les mêmes et peuvent être plus ou moins intéressantes en fonction de votre profil d’épargnant.

Pour vous aider à y voir plus clair, l’équipe Safe vous a dressé un panorama des principales différences entre les placements REER et CELI.

Les modalités de placementLe REERLe CELI
ButEpargner et placer des sommes relativement conséquentes en les faisant croître à l’abri de l’impôt.Epargner et placer des sommes relativement modestes en les faisant croître et en pouvant les retirer à tout moment sans qu’elles soient imposables.
Profil d’épargnant
  • Investisseur long terme
  • Epargnant à revenus standards ou élevés ou bien ayant atteint le plafond CELI
  • Taux d’imposition marginal plus faible à l’avenir
  • Investisseur court ou moyen terme
  • Épargnant à revenus modestes ou bien ayant atteint leur plafond REER
Placements accessibles
  • Certificats de Placements Garantis
  • Fonds commun de placement
  • Actions
  • Obligations
  • Liquidités
  • REER immobilisé etc.
  • CPG
  • Fonds commun de placement
  • Actions
  • Obligations
  • Liquidités

Age limite de cotisation
  • A partir de la première déclaration de revenus
  • A 71 ans (le 31/12 de l’année à laquelle vous les atteignez)
  • A partir de 18 ans (à condition d’avoir un numéro d’assurance sociale)
  • Aucune limite d’âge
Montant limite de cotisation
  • Jusqu’à 18% du revenu gagné l’année d’avant
  • Plafond de 27 230 $ en 2019, et 27 830 $ en 2020, indexés sur l’inflation
  • La participation à un régime de retraite offert par l’employeur est retranché du plafond
  • 6 000 $ par an en 2020
  • Maximum cumulatif de 69 500 $ (pour les personnes ayant épargné depuis leur 18 ans en 2009)
  • Cotisations reportables indéfiniment
Date limite pour cotiser60 jours après la fin de l’année d’imposition en cours (donc 29 février ou 1er mars)Le 31 décembre de l’année en cours
Mécanisme d’impôtReport d’impôt immédiatPlacement à impôt prépayé
Cotisations déductibles du revenu imposableouinon
Retraits imposablesouinon
Revenus de placement imposablesouinon
En cas de décèsMontant transféré au conjoint ou enfants non imposable (allégement fiscal possible pour les montants transférés aux enfants).
  • Montant retiré du compte du porteur à la suite de son décès non-imposable. **Possibilité pour le conjoint de transférer ce montant dans son CELI sans que cela n’affecte ses droits de cotisations.
Droits de cotisationMaximum cumulatif de la limite annuelle depuis 1991.Maximum cumulatif de 69 500 $ en 2020 (soit toutes les limites annuelles additionnées depuis 2009).
Cotisations excédentaires
  • Pénalité de 1% du montant excédentaire par mois jusqu’au retour à la limite
  • Autorisation de 2 000 $ d’excédent à vie
Pénalité de 1% du montant excédentaire par mois jusqu’au retour à la limite
Ajout des retraits aux droits de cotisationsnonoui
Cotisation possible au compte du conjointOui mais c’est le cotisant qui bénéficie de la déduction d’impôt au retrait du REER même s’il n’est pas le bénéficiaireOui (les sommes déposées sont considérées comme un dépôt par le conjoint et non le cotisant)
Mise en garantie pour un prêtnonoui
Incidence des retraits sur l’acceptation dans les programmes sociaux (Sécurité Vieillesse etc.)Les retraits du REER s’ajoutent aux revenus imposablesAucune
REER ou CELI : quel régime d’épargne retraite choisir ?

Quel rendement REER vs. CELI ?

Concrètement, si votre taux d’imposition est le même aux dates de cotisations et aux dates de retrait, le montant dont vous pourrez bénéficier après impôt est le même pour un CELI ou un REER pour un même taux de rendement.

Exemple 1 : vous placez une somme de 5 000 $ à 5% pendant 20 ans avec un taux d’imposition de 40% au moment des cotisations et au moment des retraits.

CELIREER
Revenus avant impôt5 000 $5 000 $
Impôts au moment des cotisations2 000 $0 $
Cotisation nette d’impôt3 000 $5 000 $
Capital après rendement de 5% sur 20 ans4 960 $8 266 $
Total après 20 ans de placement7 960 $13 266 $
Impôt au retrait0 $5 306 $
Montant net7 960 $7 960 $
Rendement CELI vs. REER pour même taux d’imposition au moment des cotisations et retraits

Dans ce cas présent, le report d’imposition du REER n’est pas particulièrement avantageux puisque votre taux marginal d’imposition ne diminue pas entre les cotisations et les retraits. Dans un CELI, vous paierez l’impôt dès le début. Dans le cas d’un REER, vous attendrez 20 ans avant de le payer et pourrez donc pendant ce temps faire fructifier cet argent jusqu’à atteindre 13 266 $ mais vous devrez au moment du retrait payer 5 306 $ d’impôt. Le rendement des deux placements, in fine, au bout de 20 ans, sera donc le même.

Encore une fois, le remboursement d’impôt que permet le REER est un report. C’est la valeur, à date d’aujourd’hui, de l’impôt que vous paierez dans le futur au moment du retrait. Il est d’ailleurs conseillé de ne surtout pas dépenser ce report d’impôt mais plutôt de mettre cette somme de côté par exemple dans un CELI pour être toujours en mesure de la payer au moment du retrait.

En revanche, si votre taux d’imposition est différent entre le moment des cotisations et le moment des retraits, le choix du bon placement prend alors toute son importance. Pour résumer de manière très succinte :

  • Si votre taux d’imposition est constant, peu importe votre choix de placement.
  • Si votre taux d’imposition est inférieur au moment des cotisations qu’il ne l’est au moment des retraits, mieux vaut privilégier le CELI.
  • Si votre taux d’imposition est supérieur au moment des cotisations qu’il ne l’est au moment des retraits, mieux vaut se tourner vers un REER.

Maximisez vos revenus d’épargne avec l’aide de nos experts financiers en quelques clics.

J’y vais

REER ou CELI pour l’achat d’une maison ?

Tout dépend encore une fois de votre situation financière et du placement dans lequel vous avez commencé à accumuler vos cotisations.

RAP et REER pour l’achat d’une propriété

Le REER rend possible les retraits pour l’accession à la propriété avec le régime d’accès à la propriété, le RAP. Le RAP permet de retirer jusqu’à 35 000 $ (par conjoint) de votre REER pour constituer la mise de fonds ou acheter une propriété.

Cependant, pour ne véritablement pas payer d’impôt sur les sommes retirées, vous devrez rembourser ces sommes à votre REER dans les 15 ans suivant la date du retrait. Cela vous permet néanmoins d’économiser l’impôt à la date de votre achat et de le reporter par exemple à la date de votre retraite, où votre taux marginal d’imposition sera plus faible.

C’est donc un peu comme si vous étiez votre propre prêteur, sans taux d’intérêt.

Attention cependant, le RAP n’est accessible que si :

  • vous achetez votre première propriété ;
  • vous n’avez acquis aucune propriété ces 5 dernières années.

Le CELI pour l’achat d’une propriété ?

Le CELI offre beaucoup plus de souplesse puisque vous pouvez retirer à tout moment, tout montant, et libre d’impôt que ce soit pour vos études ou bien pour acheter une maison.

Le CELI est donc particulièrement adapté aux jeunes épargnants accédant à leur première propriété et n’ayant commencé à épargner que depuis peu sur leur CELI par exemple.

CELI ou REER : attention aux idées pré-conçues

  • Le CELI ne donne pas accès aux mêmes types de placement” : c’est FAUX ! Les placements accessibles depuis un CELI sont exactement les mêmes que ceux accessibles depuis un REER ou un FERR. Le rendement de placements dans un CELI n’est donc absolument pas automatiquement inférieur à celui d’un REER pour les mêmes sommes placées.
  • “Le REER permet d’éliminer les impôts” : c’est FAUX ! Le REER donne lieu à un mécanisme de report d’impôt mais certainement pas d’élimination ! Vous paierez des impôts sur les sommes retirées au moment du retrait.
  • “Je ne peux pas cumuler les deux placements” : c’est FAUX ! Vous pouvez tout à fait placer des fonds dans un CELI et dans un REER et seriez d’ailleurs bien avisé de le faire en variant les placements pour maximiser vos profits !
  • “Le REER n’est pas utile, s’il faut de toute façon payer l’impôt au moment du retrait des sommes du REER” : c’est FAUX ! A vous de choisir le moment opportun où votre taux d’imposition marginal est le plus faible, pour bénéficier d’un minimum d’imposition sur les sommes retirées (par exemple, lorsque vous êtes à la retraite).
  • “Les fonds placés en REER ne peuvent servir que dès lors que nous sommes à la retraite”: c’est FAUX ! A moins d’avoir placé vos fonds dans un REER immobilisé, vous pouvez retirer à tout moment, mais les retraits seront imposés. Cependant, deux mécanismes vous permettent d’effectuer des retraits de votre REER sans payer d’impôt immédiatement (à condition de rembourser la somme dans votre REER par la suite) : c’est le régime d’accession à la propriété (RAP) pour l’achat d’une maison ou le régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP).

Maximisez vos revenus d’épargne avec l’aide de nos experts financiers en quelques clics.

J’y vais
Il est nécessaire de remplir ce champ
Votre nom est requis